Mettre son nez dans un verre de Viré-Clessé, c’est pénétrer dans un univers atypique de Bourgogne. C’est aussi faire connaissance avec un vin blanc charmeur au premier abord, mais complexe pour qui veut s’y intéresser. Il plaît aux amateurs comme aux connaisseurs !

Difficile de présenter les vins de Viré-Clessé comme une seule entité. Produits de la richesse et de la diversité de nos terroirs et de ceux qui les cultivent, ils vous ouvriront une étonnante palette aromatique selon leur origine.

Offrant une robe or-pâle, brillante et limpide à l’oeil, il délivre au nez des arômes de pêche, d’abricot, de fleur blanche, d’acacia ou de citronnelle. Tendre, rond, gras et fruité en bouche, il préserve cependant la minéralité typique d’un Mâconnais. La complexité du Viré-Clessé vient de sa belle acidité en bouche, renforcée par une certaine douceur amenée par la richesse des raisins récoltés à maturité. C’est la force du Viré-Clessé : l’alliance entre le fruit et la minéralité.

Chacun des vignerons appose néanmoins sa griffe sur ses vins. Certains d’entre nous attendent en effet plus longuement le moment de la récolte et donnent naissance à des vins plus aromatiques et généreux. Nous avons cependant en commun l’équilibre, la richesse et la pureté de nos produits. Nos vins offrent également toujours une belle longueur en bouche.

Certains dégustateurs débusqueront un côté exotique dans le Viré-Clessé. Bien qu’au nord du Mâconnais, notre appellation reste l’un des crus les plus au sud de la Bourgogne !

Avec quoi accorder un Viré-Clessé

Pour beaucoup, le Viré-Clessé représente un formidable vin d’apéritif. Son côté charmeur et sa complexité en bouche suffiront à vous régaler. « Il peut aussi être servi avec des tapas, des anchois fumés, du jambon ibérique ou du saumon », détaille Fabrice Sommier, sommelier, Meilleur Ouvrier de France en 2007. Pour l’accord mets et vins, comme la plupart des vins blancs de Bourgogne, le Viré-Clessé se mariera à merveille avec des viandes blanches, des fruits de mer ou des poissons. « Certains plats ont besoin de ce style de vin complexe », souligne le sommelier. « Le Viré-Clessé se marie par exemple très bien avec les épices. Un curry d’agneau ou une volaille de Bresse laquée avec un peu de citronnelle s’accorderont avec bonheur. Plus généralement, les plats avec des notes asiatiques supportent bien le Viré-Clessé. Pour le fromage, optez pour l’époisses de Bourgogne. Vous pouvez terminer sur une tarte aux poires bourdaloue avec un Viré-Clessé contenant plus de sucrosité ».

Le mieux est de vous retrousser les manches en cuisine et de tenter de nouveaux accords. Partagez votre expérience culinaire sur notre page Facebook :

fb_icon_325x325

Le terroir, toute une histoire

Le cru Viré-Clessé est constitué de deux côtes nord-sud, limitées par les vallées de la Bourbonne et de la Mouge. Elles sont composées de calcaires et de strates marno-calcaires de l’oxfordien (jurassique). D’autres terrains, sur le bas des pentes, sont faits d’argiles à « chailles » (galets de grès), exposés au levant et bien drainés. Le « cray », un type de sols mâconnais calcaires à cailloux blancs, se rencontre ici : le meilleur pour le chardonnay. Altitude : entre 200 et 440 mètres. Le climat est tempéré avec une légère tendance continentale. Notre rendement est de 64 hl par hectare et de 62 hl par hectare lorsque le lieu-dit apparaît sur l’étiquette.