Né en 1998 de la volonté d’une poignée de vignerons du sud bourguignon, le Viré-Clessé compte désormais parmi les plus beaux vins blancs de Bourgogne. Dernier venu dans la famille des vins du Mâconnais, le Viré-Clessé s’est affirmé comme un représentant à la fois jeune et authentique de notre région.

Viré-Clessé, c’est tout d’abord une histoire de terroir. Installés sur les collines du nord mâconnais, les pieds de chardonnay ont trouvé ici un sol adéquat à leur expression. Produite sur les communes de Viré, Clessé, Laizé et Montbellet, notre appellation s’est imposée comme une belle référence de Bourgogne. Le terroir à dominante calcaire donne des vins blancs, ronds, gras, fruités et subtils à la robe or-vert.

Produite sur 450 hectares par une quarantaine de vignerons et deux caves coopératives, l’appellation reste relativement modeste au regard de nos voisines mâconnaises. Notre cahier des charges, rigoureux, a permis la sélection des plus beaux terroirs de nos communes pour donner naissance au Viré-Clessé.

Nos coteaux regardent le soleil levant

Nos vignes, qui regardent la Saône sur leur versant est, bénéficient d’un climat semi-continental et voient les brumes s’attarder longuement sur nos raisins certains jours. Nos parcelles, plantées sur un seul et même coteau, regardent le soleil levant et bénéficient d’une remarquable exposition.

Sur Viré, les sols calcaires donnent à nos vins une expression saline avec de belles acidités. Le terroir de Quintaine, au coeur de notre appellation Viré-Clessé, produit quant à lui des vins plus ronds et gras sur près d’une centaine d’hectares. Certains vignerons récoltent même leurs raisins en surmaturité ou botritisés (pourriture noble) pour obtenir une concentration des sucres. Au total, près d’une centaine de lieux-dits composent les vins du cru Viré-Clessé.

Notre appellation du nord Mâconnais ne bénéficie encore d’aucun premier cru. Si nos vignerons n’ont pas encore entamé les démarches officielles pour les obtenir, ils sont déjà nombreux à travailler leurs vignes en revendiquant des noms de climats. Vous retrouverez ainsi régulièrement des noms de parcelles sur les étiquettes, qui définissent les lieux précis où ont été récoltés nos raisins. Il existe 114 lieux-dits sur notre aire d’appellation…

Pour mieux nous comprendre et nous connaître, rejoignez-nous chaque printemps pour notre week-end portes-ouvertes « Le Printemps du Viré-Clessé ». Les vignerons vous feront découvrir leurs vins dans une ambiance festive.

50 ans de démarches et de persévérance pour le Viré-Clessé

En 1937, l’Institut National des Appellations d’Origine propose aux vignerons de Viré de passer en cru. Ils refusent à l’époque, par peur notamment de payer trop d’impôts. C’est en 1963 que les vignerons ont réalisé la première demande de classement pour Viré et une partie de Quintaine. Jugée trop commerciale, la demande a été rejetée par l’Institut National des Appellations d’Origine. Dix ans plus tard, une seconde tentative associe 17 communes pour la reconnaissance en cru : rejetée également. C’est en 1988 que le syndicat viticole de Viré relance un dossier sur des bases plus solides. Une commission d’enquête donne un avis favorable mais émet le souhait que les dossiers de Viré et Clessé fusionnent. Après de nombreuses péripéties, le dossier aboutit en 1997. Le cru nait officiellement en 1998 et paraît au Journal officiel le 28 mars 1999.